Caroline Kant: traque les médicaments dormants contre les maladies rares, et les réactive

Available in FREN
Presse
This article originally appeared on Socialter

Continue Reading

Ashoka insight

Alors qu'elle travaille au département recherche et développement de Merck Serono, un laboratoire phamarceutique, Caroline Kant découvre l’existence de nombreux traitements, en repos sur les étagères du laboratoire. "Dormantes", ces molécules sont pourtant prêtes à être l’objet de recherches pouvant permettre leur repositionnement sur des traitements de maladies rares. Elle-même mère d'un enfant atteint d’une de ces maladies, Caroline Kant décide alors de consacrer sa carrière au "réveil" de ces molécules et d’explorer des traitements qui pourraient redonner une chance à des millions d’individus à travers le monde.